InnovCity

C2EI

Mercredi 17 septembre 2014

Commenter Partager

Des détecteurs innovants sécurisent la traversée des cyclistes de Pleasanton

Déplacement | Aucune réaction

par Elsa Sidawy | 03.05.12

une-intersector-pleasanton-120503

Depuis juin 2010, la ville américaine de Pleasanton en Californie a installé des détecteurs innovants à certaines des intersections les plus dangereuses pour les cyclistes. Leur objectif ? Offrir aux deux-roues non motorisées la possibilité de traverser en toute sécurité. Baptisé « Intersector », l’outil commercialisé par l’entreprise MS Sedco permet en effet de différencier les vélos des voitures et d’adapter en temps réel la signalisation pour sécuriser la circulation. A l’origine de cette innovation, la ville a constaté que la détection de véhicules via les boucles de détection et les caméras déjà présentes au niveau de toutes les intersections, n’était pas efficace pour les vélos.

Un logiciel détecte la nature des véhicules en fonction de leur vitesse

Ce radar analyse ainsi le flux des véhicules passant à proximité et peut ainsi faire la différence entre des voitures, des camions, des vélos et même des piétons, en fonction de leurs formes et de leur vitesse d’approche. « La beauté du système est que nous pouvons désormais adapter et allonger le temps de passage pour les cyclistes aux croisements. Même en l’absence de vélos, l’outil permet également de fluidifier le trafic routier en adaptant les feux de signalisation », remarque Joshua Pack, ingénieur à la division de la voirie de la ville de Pleasanton. Résultat ? La ville peut anticiper en temps réel le passage au feu vert pour les cyclistes et allonger ce temps pour les laisser traverser sans danger.

Si la ville avait déjà des velléités sur ce système dès 2009, les premiers tests ont été conduits début 2010 et la première installation a été inaugurée en juin 2010, au croisement de Foothill Road and Stoneridge Drive. Aujourd’hui, chacun des neuf « Intersectors » installés sont adaptés aux caractéristiques des différents croisements : « pour les routes les plus larges, un temps plus long sera accordé aux cyclistes afin qu’ils puissent se déplacer d’un point à un autre de la rue ». Inutile d’attendre un renouvellement du matériel, puisque le dispositif s’intègre à l’existant et il faut « moins d’une journée pour équiper un croisement ». Côté maintenance, elle se limite à mettre à jour les logiciels intégrés à l’outil.

corps-intersector-pleasanton-120503Un coût identique à la détection vidéo

Les autorités locales, fortes du renforcement de sécurité constaté, souhaitent installer encore dix à onze dispositifs du même type d’ici mi 2013 et pourquoi pas, d’ici dix ans, à tous les feux de signalisation de la ville. Les premières installations concernent aujourd’hui les routes cyclables les plus fréquentées et les prochaines seront posées à proximité des pistes cyclables et des équipements publics dédiés aux vélos. La ville débourse aujourd’hui 4 500 $ (3 400 euros) par appareil, soit 18 000 $ (près de 14 000 euros) pour un carrefour. « Le coût est identique à l’installation d’autres technologies du même type, comme la détection vidéo ou les boucles de détection intégrées dans la chaussée », nuance Joshua Pack.

Dans le cadre de son schéma directeur piétonnier et cycliste, adopté en janvier 2010, Pleasanton ne compte pas se satisfaire de cette innovation et va mettre en place des pistes cyclables sur l’ensemble des routes. Parfois, l’essentiel vient après l’accessoire. Un accessoire qui a tout de même éveillé la curiosité d’une douzaine de villes américaines et canadiennes.

Image de prévisualisation YouTube

Crédits photos : Ville de Pleasanton

Sur le même thème : , , , , , , , , , , , , , ,

Partagez, réagissez, complétez, polémiquez ! Avec respect...

La Web TV des innovateurs

01.03.12 | Vincent Feltesse - Président de la communauté urbaine de Bordeaux

Toutes les vidéos

Agenda Innov'in The City